Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Gendron.jpgUn livre que j'ai trouvé absolument jubilatoire cette année, c'est bien le "Taxi, Take off, Landing" de Sébastien Gendron, pastiche de roman d'espionnage complètement délirant. C'est donc tout naturellement que je lui ai demandé de remplir mon questionnaire diabolique et très gentiment que Sébastien s'y est plié. Si vous voulez plus d'information sur cet auteur et sur beaucoup d'autres choses, je vous invite à visiter son blog " Petit laboratoire des potentialités globales" Merci encore à toi Sébastien :o)

  Questionnaire de Proust 

  1. Le principal trait de mon caractère ? Je suis férocement optimiste 
  2. La qualité que je préfère chez un homme ? Quand il sait dire: « Ouais, bon, ok, je me suis planté »
  3. La qualité que je préfère chez une femme ? Sa capacité à être un bon copain
  4. Ce que j'apprécie le plus chez mes amis ? Leur fidélité même quand la mienne est discutable
  5. Mon principal défaut ? La procrastination (ça aide à rester optimiste)
  6. Mon occupation préférée ? Ben, à part l’écriture…
  7. Mon rêve de bonheur ? L’éternité, plus quelques jours
  8. Quel serait mon plus grand malheur ? Mourir un dimanche après midi, juste après la sieste
  9. Ce que je voudrais être ? Un hybride de Francis Ford Coppola, Raymond Carver, Bertrand Blier et Pascal Garnier
  10. Le pays où je désirerais vivre ? Une île tropicale, petite, évidemment. Avec une liaison internet
  1. 11. La couleur que je préfère ?  Le bleu nuit
  1. La fleur que j'aime ? Le lys blanc 
  2. L'oiseau que je préfère ? L’oie sauvage quand elle revient au printemps
  3. Mes auteurs favoris en prose ? Pascal Garnier, Donald Westlake, Tim Dorsey, JP Manchette, Jim Thompson, Richard Brautigan, John Fante…
  4. Mes poètes préférés ? Je n’ai jamais été très attiré par la poésie, ce sont plutôt des souvenirs de récitation niveau école primaire. Mais à l’époque, entre Emile Verhaeren et Robert Desnos, mon préféré ça restait quand même Prévert. Et dans un tout autre style, il y a le recueil, trop rare, des poèmes de Richard Brautigan « Il pleut en amour », et là, ça frise l’extase
  5. Mes héros favoris dans la fiction ? En tout premier, c’est le Martin Eden de Jack London. Ensuite, ça part dans tous les sens : le Raskolnikov de Dostoïevski, la vache Larchmutz 5632 de JB Pouy, le Serge A. Storm de Tim Dorsey, le Dortmunder de Westlake…
  6. Mes héroïnes favorites dans la fiction ? L’un des personnages qui m’ait le plus renversé c’est Fay, l’héroïne du roman éponyme de Larry Brown. Mais il y a surtout l’Ada de Nabokov. J’ai aussi adoré détester et être amoureux de la Mona d’Henry Miller. En dehors de la littérature, il y a toutes les femmes des films noirs américains, et toutes les blondes d’Hitchcock (à l’exception de Doris Day, la gueularde de service de « L’homme qui en savait trop »). Fatales, garces et combattantes, armaturées dans des soutiens gorges à torpilles. Et pour finir, définitivement : Emma Peel.
  7. Mes compositeurs préférés ? Je voue une grande passion à la musique de film. Dans ce domaine, je me fais fréquemment de longs sets de Morricone qui reste quand même l’un des maîtres absolue du genre, de même que ses collègues Lalo Schifrin, Bernard Hermann, George Delerue, Danny Elfman, j’en passe
  8. Mes peintres favoris ? Lichtenstein, Warhol, Munch, Freud, Soulage, Basquiat, les deux Brueghel, Hopper…
  9. Mes héros dans la vie réelle ? Il y a pas mal de gens que j’admire pour leurs engagements, leurs ligne de conduite, leurs capacités à mener des projets qui n’ont pas leur place dans l’époque pour telle ou telle raison, mais de là à dire que je les considère comme des héros, on touche là la limite historique de ce questionnaire. Y a-t-il encore la place pour des héros réels aujourd’hui, franchement, je n’en sais rien. Il y a des gens qui résistent à un système qui oppresse. Ceux-là ont toute ma sympathie.
  10. Mes héroïnes dans l'histoire ? Louise Michel, les suffragettes anglaises de 1903, Marie Curie, la Vénus de Brassempouy…
  11. Mes noms favoris ? Maïeuticienne, irréfragable, callipyge, cacochyme. Et puis j’aime aussi les insultes: connard, saloperie, pauvre merde, tarte molle, pomme à l’eau…
  12. Ce que je déteste par-dessus tout ? Le fait que l’extrême droite puisse être représentée politiquement sous prétexte que c’est la démocratie qui veut ça, et que cette représentation permette à toute une ribambelle de connards de se comporter comme des ordures. Je ne comprendrais jamais pourquoi on condamne des gens pour des propos et des actes racistes alors que le Front National siège à l’Assemblée Nationale. Sans compter l’influence électoraliste qu’à ce parti sur le pouvoir en place
  13. Caractères historiques que je méprise le plus ? La naissance de toutes les religions ou comment l’homme a renoncé à comprendre par lui-même. Au-delà des génocides, je serais bien curieux de savoir, ne serait-ce qu’au cours des deux milles dernières années, combien de morts comptabilisent chacune de ces saloperies de pensées uniques
  14. Le fait militaire que j'estime le plus ? Lorsque Luke Skywalker prétend vouloir devenir un grand guerrier, Yoda lui répond que nul ne devient grand par la guerre. Je n’estime aucun fait militaire. Dans ce domaine, je tirerais plutôt mon chapeau à Dominique de Villepin pour son discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU en 2003, contre la guerre en Irak. Et pourtant, je ne porte pas ce type dans mon cœur. Comme quoi
  15. La réforme que j'admire le plus ? L’abolition de la peine de mort
  16. Le don de la nature que je voudrais avoir ? La capacité qu’ont les animaux de sentir arriver les emmerdes longtemps à l’avance
  17. Comment j'aimerais mourir ? Je ne veux pas mourir
  18. État présent de mon esprit ? Semi vacance, semi éveil
  19. Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence ? Sans conteste, le vol. Ensuite, le mensonge par omission
  20. Ma devise ? Demain est un autre jour

 

Ce que Proust n’avait pas prévu…

  1. Quel est le dernier spectacle que tu as vu ? Ca remonte à l’année dernière, mais ça valait le détour : Neil Hannon, le chanteur de Divine Comedy, en solo au piano, Salle Pleyel à Paris. Deux heures de bonheur
  2. Quelle est la chanson que tu écoutes le plus en ce moment ? Ca comme ce à dater, mais dès que j’allume mon Ipod dans le train, je me mets ça : « Time to pretend » de MGMT. C’est d’une tristesse absolue et ça donne sérieusement envie de danser.
  3. Quel est le dernier film que tu as vu ? « True Grit » des frères Coen, et ce soir, ce sera « Super 8 » de JJ Abrams.
  4. Quel est le dernier livre que tu as lu ? « Sukkwan Island » de David Vann.
  5. L’auteur qui t’as le plus impressionné dernièrement ? Léo Henry, une espèce de petit salopard d’à peine 30 ans qui a pondu le roman le plus déjanté de cette année, « Rouge gueule de bois », chez La Volte. Au-delà du grand n’importe quoi, l’écriture est d’une dignité rieuse incroyable, un style débordant d’ingéniosité et suffisamment ampoulé pour être en permanence sur la ligne frontière entre le grandiose et le parfaitement ridicule (note de la polardeuse: entièrement d'accord avec Sébastien...ce livre est une petite merveille)
  6. Comment es-tu devenu auteur de polar ? En cherchant à faire comme mon père qui adore faire des jeux de mots mais va passer par tout un tas de détours, construire toute une histoire pour arriver là où il veut. En général, on le sent venir à des kilomètres, mais souvent l’histoire vaut le coup. Mon premier roman, c’était ça. Cent pages de course poursuite sur la Butte Montmartre pour un jeu de mot hyper capillitracté. En gros et pour simplifier, ça c’est à peu près passé comme ça.
  7. Ou trouves-tu tes idées ? Ton inspiration ? La plupart du temps sans y penser. Ca me tombe dessus. A la terrasse d’un café, je vais voir un quinqua en costard discuter avec deux mômes en survêt et une histoire va venir toute seule sur ce qui a mené à cette rencontre. Sinon, ça me vient aussi pendant la vaisselle, dans le train, parfois en m’endormant.
  8. Y a-t-il des livres qui t’ont donné envie d'écrire ? Des tonnes. « Revenant » de Paul Auster. « Bandini » de John Fante. « Willard et ses trophées de bowling » de Richard Brautigan, « Crocodile » de Philippe Djian…
  9. A tes yeux, qu’est-ce qui caractérise un bon polar ? Absolument rien. Je sais juste que je ne lis pas de polar dont le personnage principal est un héro absolu qui trouvera à la fin l’identité du meurtrier sans qu’on en doute un seul instant. Pour le reste, il n’y a pas de règle. Soit j’ai envie de me marrer, et je prends un Westlake, soit j’ai envie de grincer des dents et je pioche à Thompson. Soit j’ai envie de découvrir quelqu’un et là, c’est la loterie.
  10. Un livre que tu aurais aimé écrire ? « Triggerfish twist » de Tim Dorsey, sans la moindre hésitation. Le grand n’importe quoi élevé au rang d’art.
  11. Quels sont tes prochains projets ? (livres ou autres) Mon prochain bouquin sort en octobre chez Baleine et clôt une trilogie involontaire sur les îles commencée avec « Mort à Denise ». Un livre numérique chez StoryLab pour septembre. Après… ce ne sont pas les idées qui manquent.
  12. Quelque chose à rajouter ? Ben je vais vous souhaiter une bonne journée…

 


 
Tag(s) : #Auteurs sur le grill...

Partager cet article

Repost 0