Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sale temps pour le pays mention rivagesSale temps pour le pays de Michaël Mention aux Editions Rivages/Noir

1976. Des femmes, pour la plupart des prostituées, sont agressées ou tuées dans le nord de l’Angleterre. La police locale est sur les dents. Un homme dirige l’enquête : George Knox, avec « sa gueule à la Richard Burton », ses éternelles Ray-ban, ses états de service légendaires, secondé par le détective Mark Burstyn, il se lance à corps perdu dans cette affaire, convaincu que tous les crimes sont liés. Mais le tueur récidive et semble brouiller les pistes à plaisir. Plus le temps passe, plus Knox s’enfonce dans l’abîme. Un abîme à l’image du chaos social et de la dépression qui gagnent le pays…

Autant l’annoncer tout de suite, je suis une inconditionnelle de l’œuvre de l’écrivain David Peace. Je tiens sa tétralogie sur les évènements liés à l’éventreur du Yorkshire comme un sommet de la littérature noire. Lorsque j’ai reçu le roman de Michaël Mention et après avoir lu la 4ème de couverture je dois avouer que cela a titillé ma curiosité. En même temps cette histoire avait déjà été écrite et avec tellement de talent que je ne voyais pas vraiment ce que ce livre allait apporter de nouveau. Donc intéressée mais un zeste méfiante.

Tout d’abord la bonne surprise c’est que, bien que le sujet soit le même, la façon de traiter l’histoire est bien distincte. Le regard porté par David Peace est  très personnel, il a vécu cette période sur place, de l’intérieur, le regard de Michaël Mention est différent, l’enquête est mise en valeur ainsi que les personnages des enquêteurs.

Je connais très bien ce coin du Nord de l’Angleterre, les villes et les endroits dont l’auteur parle dans ce roman me sont familiers. Le West yorkshire possède une ambiance très particulière. Les villes sont grises, les paysages empreint d’une certaine mélancolie. Il faut s’être promené dans les Moors pour saisir toute l’âme de cette région souvent battue par la pluie et les vents.

Le contexte environnemental est très bien rendu. Entre le milieu des années 70 et le début des années 80 l’Angleterre fait face à une crise sociale majeure. Des grèves extrêmement violentes ravagent le pays, Une crise monétaire place l’Angleterre sous tutelle du FMI, des attentats sont perpétués par l’Armée Républicaine Irlandaise (I.R.A.), c’est également la fin de l’Empire Britannique et le début de l’ère Thatcher. Le pays compte un nombre de chômeurs qui crève les plafonds et la bande-son de ce chaos vient des premiers groupes de punk rock. C’est dans cette atmosphère perturbée que le tueur va sévir. S’attaquant principalement à des prostituées qu’il assassine sauvagement. Dès le départ l’enquête piétine, la police s’avère incapable de coordonner les équipes et un temps considérable est perdu faute de moyens, de communication et d’organisation. George Knox, flic méthodique, va mener cette bataille seul en reprenant l’enquête depuis le départ, aidé par le détective Mark Burstyn. Le roman est émaillé de coupures de presse de l’époque ce qui permet d’avoir des repères et de sentir l’ambiance de ces années sombres.

C’est un roman que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. L’écriture de Michaël Mention est très concise, presque journalistique et cela donne un rythme bien particulier et une facilité de lecture indéniable. Le tout est des plus agréable et le livre se lit très vite, non pas parce qu’il est court mais parce qu’il est prenant. Une belle réussite et un roman dont je vous conseille la lecture bien sûr.

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :