Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maelstrom.jpgMaelström de Stéphane Marchand aux Editions J’ai Lu

Des crimes spectaculaires commis dans plusieurs grandes villes américaines, un trio improbable pour suivre l’affaire : Harold Irving, un écrivain sur la corde raide, Dexter Borden, un flic du FBI à la dérive, et Franny Chopman, un médecin légiste un peu spécial… Un point commun : aucun !

Plus les recherches avancent, plus l’enquête se délite. Tout se déroule comme si chaque crime, chaque victime était sous contrôle. Qui peut orchestrer de tels assassinats ? Résisterez-vous à cette manipulation géniale, à ce mouvement impétueux mené, telle une partition sans bémol, par un Maestro machiavélique ?

Un thriller oui, mais pas du genre à vous faire sursauter toutes les deux minutes ou a vous donner des cauchemars, plutôt une enquête menée tambour battant avec un suspens maîtrisé de bout en bout et une chute incroyable. Tous les ingrédients du page-turner sont là et ça fonctionne.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce roman c’est la vitesse avec laquelle les choses s’enchaînent, pas de temps mort, des chapitres courts, l’auteur va toujours à l’essentiel mais sans pour autant négliger l’intrigue qui est rudement bien ficelée. Le tueur est taré à souhait, le flic et l’écrivain, héros malgré eux sont totalement paumés, le médecin légiste à l’ouest...le tout avec  en toile de fond la culpabilité. Et quand je dis culpabilité, je parle de la vraie, de celle qui vous empêche de vivre, qui vous obsède, qui  fout en l’air votre existence surtout lorsqu’une partie de votre mémoire à décidé de jouer les filles de l’air. La dernière partie du roman est intitulée « Rédemption » et ce n’est pas un hasard.

A signaler également la bande son qui accompagne l’histoire, des thèmes parfois lancinants et obsessionnels comme la célèbre chanson « Cheek to cheek » interprétée par le duo formé par Louis Armstrong et Ella Fitzgerald en passant par Led Zeppelin et Frédéric Chopin. Des morceaux tellement omniprésents qu’ils sont véritablement un accompagnement à la lecture.

Le style de l’auteur est très rythmé, concis, sans fioritures. Les personnages sont émouvants et hauts en couleurs, même si j’aurai souhaité quelques fois que ceux-ci soient un peu plus fouillés. En bref un roman qui se lit d’une traite, pas le choix d’ailleurs, tout s’enchaîne tellement vite que vous n’avez même pas le temps de vous en apercevoir. Pour moi il ne s'agit pas d'un thriller qui va révolutionner le genre, mais en tout cas il aura occasionné un très agréable moment de lecture et la découverte d'un auteur dont je vais suivre la progression.

 

Ce qu'il y a d'amusant dans ce roman (si, si !) c'est que justement, vu le sujet et l'intrigue, le tout aurait facilement pu sombrer dans le sordide à grand renfort d'hémoglobine, or il n'en est rien, et je pense que le style de l'auteur y est pour beaucoup, c'est même par moment assez "rafraichissant", cela vaut le coup d'être mentionné tant la surenchère devient un lieu commun dans le milieu du thriller et du roman noir.

A cela je rajoute qu'avec ce roman, Stéphane Marchand a reçu le Prix du Premier roman Policier de la ville de Lens, ce qui en dit long sur ses qualités.

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0