Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

harmoniques.jpg

Les Harmoniques de Marcus Malte – Série Noire Galimmard

« …Souviens-toi, on rêvait d'un monde de justice... Vera Nad, vingt-six ans, jeune femme au visage d'ange. Morte. Son corps, ou ce qu'il en reste, est retrouvé un matin dans un entrepôt désaffecté. La police conclut à un règlement de comptes entre dealers. Les coupables sont rapidement arrêtés. Affaire classée. Pas pour tous. Mister, le pianiste au grand cœur, et Bob, son acolyte, chauffeur de taxi érudit, ne croient pas à cette version des faits. Vera était leur amie, ils se doivent de mettre au jour la vérité. Une quête qui les conduira des hautes sphères de la politique française jusqu'aux rives lointaines du Danube. De Paris à Vukovar. Des riches demeures des princes aux charniers des Balkans. Du présent au passé. Car en tout temps règnent le mal et la corruption, en tout lieu les plus bas instincts de l'homme se déchaînent. Et seul l'écho des cris des victimes ne meurt jamais. « …Un chant d'amour, poignant, dans lequel ces « voix chères qui se sont tues » n'en finissent pas de résonner… » Entre l'ombre et la lumière, la violence et la mélancolie, Les harmoniques est un incroyable roman noir – clair-obscur plutôt. Une mélopée déchirante qui mêle le politique, la passion, la révolte et le sexe. Comme tous les grands standards du blues.

Marcus Malte signe là un magnifique roman construit autour du jazz, comme une bande son qui accompagne le lecteur et rythme toute l’histoire. On retrouve les personnages de Mister et de Bob que l’auteur avait déjà mis en scène dans "Le doigt d'Horace" et "Le Lac des singes". Mister joue toujours du piano et Bob conduit toujours son taxi. Si un roman est toujours une construction, ici chaque chapitre est un petit bijou de pierre ciselée apportée à l’édifice. La magie de l’écriture de Marcus Malte fonctionne à fond, l’humour est assez présent notamment dans les dialogues et certaines situations. Les personnages sont attachants, l’intrigue vous tiendra en haleine, vous fera passer par une palette de sentiments allant du blanc au noir, mais toujours avec élégance et délicatesse. C’est aussi la force de cet écrivain, parler des choses les plus sordides et les plus noires mais toujours avec une certaine finesse ce qui rend il faut bien le dire, les descriptions encore plus terribles. L’auteur joue avec les émotions comme sur le clavier d’un piano nous faisant passer du rire aux larmes. Un seul bémol, cette couverture affreuse qui donne plus à penser à un énième bouquin de la série "Pour les nuls" qu'à un roman noir (surtout que vu le contenu du livre, il y avait de quoi faire une superbe "pochette"...mais bon, c'est un détail). Ce roman est une vraie réussite et Marcus Malte à bien du talent, mais est-ce vraiment utile de le préciser…

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :