Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le_deuxieme_homme_herve_commere.jpgLe deuxième homme d’Hervé Commère aux Editions Fleuve Noir

« J’ai écarquillé les yeux sur une photo qui a changé ma vie. Sans cette photo, je n’aurais pas passé des nuits entières à fixer le plafond dans le noir en croyant y distinguer mon visage dans les flammes. Je n’aurais jamais voulu empoisonner personne. Je n’aurais pas serré la femme que j’aimais dans mes bras en me disant que c’était la dernière fois. Je n’aurais pas roulé à 240 km/h en éteignant soudain mes phares. Sans cette photo, rien n’aurait changé. »

Un homme et une femme se rencontrent, se plaisent, s’embrassent, font des projets d’avenir, croient se connaître. Une histoire d’amour tout ce qu’il y a de plus classique. Et brutalement la descente aux enfers. Parce qu’une photo ressurgit du passé et que l’homme y a vu un visage. Le sien…

Les histoires d’amour finissent mal…en général.

Avec ce roman l’auteur va vous emmener dans un récit quasiment schizophrénique avec pour base toute une vie construite sur des mensonges. Comment un amour simple et beau au départ peut-il devenir un cauchemar ou virer à l’obsession ? Le pouvoir infini des non-dits et de la dissimulation. Le destin de deux amants, qui cherchent à échapper à leurs blessures, qui ne se dévoilent pas l’un à l’autre. Une poignante déclaration d’amour qui bouleverse et balaye tout sur son passage. Un roman noir et glaçant sur deux êtres qui vont se phagocyter et plonger et dériver dans une véritable tragédie, jusqu’ au choc final. Jusqu’où peut-on se détruire par amour ? Jusqu’à quel point peut-on faire vivre un véritable enfer à l’autre ? Par haine, par dégoût, par tristesse, par colère, par passion.

Hervé Commère signe là un roman noir à souhait. Il manipule son lecteur avec force et finesse. Malgré tout, et je m’en étonne, je n’ai pas été emportée par l’histoire. Je ne me suis pas sentie concernée par le malheur qui frappe les deux protagonistes. Je me suis souvent demandé si cette distance était un effet voulu par l’auteur. Il manque comme un petit quelque chose…J’ai regretté qu’il n’y ait aucun élément sur le ressenti de la jeune femme, que la psychologie des deux personnages ne soit pas plus fouillée. Il y avait matière à écrire une histoire d’une grande intensité mais tout reste trop en surface et place le lecteur comme simple observateur. Impossible de se mettre à la place de l’un ou de l’autre et, du coup, cette distance m’a gêné pour me laisser emporter par le récit.

Il reste que c’est un roman qui se lit tout de même avec plaisir. Hervé Commère à un style très agréable, limpide, la construction est intelligente. Comme je le disais plus haut, l’auteur est assez manipulateur et machiavélique dans son approche et c’est ce qui donne de l’intérêt à ce livre. J’en suis encore à me demander si ce côté observateur dans lequel il place le lecteur – pour ne pas dire voyeur – n’est pas intentionnel, ce qui serait pour le coup assez fort puisque sous des apparences de froideur il détermine la distance que le héros garde avec tout ce qui l’entoure. Son personnage est assez étrange à ce point de vue-là d’ailleurs car il est dévoré par une passion qui va se transformer en haine tout en gardant une totale maîtrise de ce qu’il veut faire et de son environnement.

Au final un roman assez court (250 pages), qui se lit bien. Si les histoires d’amour sur fond de manipulation vous attirent vous ne serez pas déçu car il s’agit bien là de l’illusion du bonheur, avec une interrogation en toile de fond, est-il possible d’échapper totalement à son destin lorsque celui-ci semble scellé dès la plus tendre enfance. Vaste question.

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :