Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


boucher-des-hurlus.jpeg
Le Boucher des Hurlus de Jean Amila aux Editions Gallimard

Convient-il de condamner un Général dont la gloire repose sur le massacre inutile de dizaines de milliers de Poilus et qu'on appelle le Boucher des Hurlus ? Dans les réjouissances de l'Armistice les adultes timorés n'y songent plus guère. Mais quatre mômes de huit à treize ans, au crâne tondu parce que fils de mutins fusillés en 1917, ne pensent qu'à ça. Il y a un monumental assassin intouchable qu'il faut juger et exécuter. Et ils s'y mettent.

Autant le dire tout de suite, il y a, dans l’Histoire, des époques qui me plongent dans une profonde tristesse, la « Grande Guerre » de 14-18 en fait partie. L’idée même que des millions d’hommes aient été envoyés au casse-pipe, pendant quatre ans, sous des déluges de fer et de feu, terrés comme des rats dans des tranchées boueuses et putrides, me remplit d’effroi. Vivants jour après jour dans la terreur, bouffés par la vermine et crevant à moitié de faim… puis envoyés dans des charges suicidaires pour gagner (ou perdre) deux ou trois mètres de terrain dévasté…le cauchemar à l’état brut.


Vous y avez déjà pensé, vous, à l’effarement qu’ils devaient ressentir en découvrant, venant de la vie civile, ces conditions de vie effroyables ? L-F Céline (qui n’a pas dit que des abominations) l’a écrit dans son ‘Voyage...’ : «…On est puceau de l’Horreur comme on l’est de la volupté…». Et que dire de ceux qui en 1917 on remonté la « Voie sacrée » dans une noria infernale des troupes, pour aller se faire agonir dans le bourbier de Verdun…L’incroyable dans toute cette monstruosité, c’est qu’il n’y ait pas eu plus d’actes d’insoumission, de révolte, d’insubordination.


Mais je me perds, je m’égare…venons en à notre roman…justement, l’homme Lhozier a commis l’irréparable : refus de monter à l’assaut. Acte de bravoure pour les uns, mutinerie pour les généraux, mais en tout cas passage par les armes et exécution pour l’exemple à Perthes-les-Hurlus. A Paris, victimes collatérales, sa femme et son fils, le petit Michou, se retrouvent déshonorés, humiliés, insultés, en proie à l’opprobre du voisinage et à la lâcheté collective. La mère, bien décidée à ne pas se laisser faire, se révolte et du coup se retrouve internée en « maison de repos » tandis que le gamin, lui, est dirigé vers un orphelinat spécialisé dans l’accueil des fils de ceux qui ne sont pas morts au champ d’honneur. Il est très vite adopté par ses compagnons de misère mais garde en tête une soif de vengeance et une idée fixe : éliminer celui qui a assassiné son père, le Général Des Gringues, dit le Boucher des Hurlus. S’en suit une escapade rocambolesque avec ses camarades, véritable odyssée initiatique pour ces gamins marqués au fer rouge de l’infamie par une société hypocrite. C’est un roman noir, forcément noir, une enquête menée tambour battant par ces petits gamins fiers et en souffrance.


Alors, je pourrais vous dire que j’ai adoré ce livre, mais on n’adore pas ou on ne déteste pas ce genre de livre…Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y a là-dedans beaucoup plus qu’une simple histoire. Il parle à votre tête, à votre cœur, à vos tripes…le genre qui vous fait gamberger longtemps encore après avoir terminé la dernière page. Essentiel.

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :