Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3ème vagueLa troisième vague de Paul Colize - Editions Krakoen

"Quel est le point commun entre la mort inopinée d'un paparazzo en plein coeur de Bruxelles, l'éducation criminelle d'un voyou à Montréal et les deux vagues d'attaques bestiales survenues entre 1982 et 1985 dans les supermarchés du Brabant wallon ? Apriori, aucun. Pourtant, lorsque Vassili Sokolovski abandonne les faubourgs de Bagdad pour la capitale de l'Europe,bien décidé à faire la lumière sur la mort de son ami, il se retrouve dans la focale d'oiseaux qui n'ont rien à voir avec les volatiles de la Place Poelaert. Assité de limiers improvisés de l'Associated Press, il lance son enquête personnelle. Celle-ci dévoilera les dessous d'une affaire criminelle sans précédent qui suscite encore et toujours des interrogations.La troisième vague déferle..."

Une fois de plus Paul Colize frappe fort et il fait mouche. Il a le don pour raconter les histoires le bougre. Ici il s’est attelé à un genre assez difficile à manier, construire un roman autour de faits réels, des évènements d’une brutalité gratuite et proprement hallucinante, qui ont endeuillés la Belgique dans les années 80 « l’affaire des tueurs du Brabant ». La prouesse de l’auteur c’est d’arriver à prendre suffisamment de distance avec la réalité tout en s’inspirant de l’histoire pour construire son intrigue et en faire un roman de fiction. Les coupables n’ont jamais été retrouvés et l’enquête est toujours au point mort 30 ans après. L’approche de Paul Colize est intéressante et en l’absence d’une quelconque explication réelle des évènements, son scénario tient bien la route.

Je n’ai pas retrouvé la légèreté de ses autres livres mais est-ce si étonnant ? Ce que j’ai retrouvé par contre c’est sa grande précision d’écriture, son rythme, toujours un grand souci du détail, un style incisif, précis et vif. Le livre est prenant, j’ai eu beaucoup de mal à faire la part des choses et j’ai du me répéter plus d’une fois, qu’il s’agissait d’une fiction et non pas de la véritable histoire.

Une excellente initiative, c’est d’avoir proposé en fin du roman un dossier d’une centaine de pages signé Michel Leurquin, sur cet épisode sanglant des tueurs du Brabant, avec les diverses pistes et hypothèses suivie et proposées par la police Belge.

Le tout donne un livre ambitieux qui donne à réfléchir et absolument  impossible à lâcher avant d’avoir fini la dernière page.

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :