Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christian RauthConnu du grand public comme un des mulets de Navarro, Christian Rauth est acteur et scénariste mais également auteur de théâtre et de romans...policiers.

Il a gentiment accepté de me livrer les noms de ses vingt polars préférés. Le choix est éclectique et d'après mes goûts personnels assez judicieux...je vous laisse juge...

MES 20 POLARS EMBLÉMATIQUES (désolé pour les oubliés) 

GEORGES SIMENON : Le Chien Jaune.

En réalité  tous les Maigret ( enfin tous ceux que j’ai lus et ils sont nombreux) avec une petite préférence pour le Chien Jaune. Maigret c’est l’épure de la langue et la description lumineuse de la décente aux enfers des personnages. Je n’ai jamais refermé avant la fin un livre de Simenon. 

DONALD E. WESTLAKE : Kidnap-party (Who stole Sassi Manoon)

Et bien d’autres. Les personnages de Westlake ont tous l’art de ne rien piger à ce qui leur tombe dessus… et ont toujours des idées lumineuses qui les foutent dans la mouise. 

STUART KAMINSKY : Ne tirez pas sur Errol Flynn

Un privé qui travaille dans le milieu du cinéma à Hollywood… Une série de romans jubilatoires, car il intègre les vedettes des studios de l’époque, à ses histoires. Il m’a beaucoup influencé. 

PIERRE MAGNAN : Le sang des Atrides.

J’ai adoré. Enfin un flic qui ne veut pas de promotion et qui se fout de sa hiérarchie.En province ça fait désordre. Magnan a un style très sobre, et ses textes sont plein d’humanité et d’humour. Et puis, il a commencé ce polar à 56 ans… et ce fût un succès. Ça me laisse de l’espoir… 

GIORGO SCERBANENCO : À tous les râteliers.

Une série dont le personnage principal est un ancien médecin radié de l’Ordre à la suite d’une affaire d’euthanasie. Un personnage bouleversant qui promène ses douleurs dans le milieu milanais. Pour moi, un chef d’œuvre. 

JEAN PATRICK MANCHETTE : Le petit bleu de la côte ouest.

Coup de poing dans la gueule quand je l’ai lu à sa sortie. 

MICHAEL CONNELLY : Créance de sang

Un enjeu fort et une complexité d’intrigue diabolique. 

JEAN VAUTRIN : Groom.

Pour sa folie, son style et un peu pour cette réplique d’un petit groom qui s’occupe des fesses de miss Abercromby: J’aime tenir la porte au bonheur. Et également pour l’exergue:À l’angoisse, parce qu’elle monte… 

DIDIER DAENINCKX : La mort n’oublie personne.

Un auteur « encré » dans la cité… celle derrière le périph. D’où je viens. 

ED McBAIN : Dix plus un

Une  parmi d’autres belles histoires du Commissariat 87. Un classique. 

RAYMOND CHANDLER : Adieu ma jolie

Incontournable… 

TITO TOPIN : Bentch et Cie

Un auteur timbré et drôle. Pour ceux qui ne le connaissent que pour avoir créé le personnage de Navarro, voici un écrivain à découvrir  ( Il a publié plusieurs romans dans la Série Noire) 

JEAN BERNARD POUY : La petite écuyère a cafté.

Le premier Poulpe, dont il est le créateur initiateur. Le talent, c’est tout. 

JOSÉ GIOVANNI : Le deuxième souffle.

Du vrai, du dur, du pur. 

JOSEPH BIALOT : Le Manteau de Saint-Martin.

Humour et  une violence désespérée. 

DAVID GOODIS : Tirez sur le pianiste

Pour un choisir un !  Vu que l’auteur est incontournable lui aussi. 

DASHIELL HAMMET : Moisson Rouge

Je viens de le relire. La traduction a vieilli, mais c’est encore du brut de brut. 

NADINE MONFILS : Le commissaire Léon

Une saga bien déjantée par une auteure belge montmartroise… Si un jour la télé adapte ses aventures, les poules auront des dents ! Et c’est bien dommage. 

CHARLES WILLIAMS : Fantasia chez les Ploucs.

Un classique ! 

AGATHA CHRISTIE : Les vacances d’Hercule Poirot.

Séquence nostalgie. Indémodable. Mes premières lectures de jeunesse avec Bob Morane. 

Tag(s) : #Ma petite bibliothèque noire

Partager cet article

Repost 0