Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.femmes-references.com/ltr/Litterature/blacksad1.jpgBlacksad "Amarillo" de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido aux éditions Dargaud

Vous connaissez John Blacksad ? Un chat noir avec un museau blanc, détective privé de son état. Cette série de BD crée par Juan Diaz Canales pour le scénario et Juanjo Guarnido au pinceau, met en scène des animaux anthropomorphes sur des histoires dans le plus pur style des films noirs ou des romans de Raymond Chandler ou Dashiell Hammett. Les 3 premiers tomes se déroulaient dans la ville de New York pendant les années 50. Chaque album de la série met en scène des faits de société, dans le premier il était question de mafia et de corruption, le deuxième évoquait le racisme, le troisième l’ultranationalisme et le nucléaire, le quatrième tome avait pour paysage la Nouvelle-Orléans et le milieu du jazz et de la drogue, le cinquième opus quant à lui nous emmène pour un road-trip qui nous fera traverser, en compagnie du sexy matou, la Louisiane, le Nouveau-Mexique, le Texas et l’Illinois sur la mythique Route 66.

Ce cinquième tome de la série est plus léger que les autres, mais tous les ingrédients d’une bonne enquête policière sont au rendez-vous. Les références sont légion, les plus évidentes étant celles à propos des écrivains de la Beat-Generation qui vont se retrouver croqués par la patte de Guarnido, qui en jeune lion impétueux pour Chad/Jack Kerouac, en bison hirsute pour Abe Grindberg/Allen Ginsberg et en flamand rose fantasque et alcoolo pour Billy Sorrows/William Burroughs, ceci pour le côté références littéraires, mais les influences cinématographiques ne sont pas en reste puisque le milieu du cirque sera abordé avec en toile de fond « Sous le plus grand Chapiteau de monde » de Cecil B. DeMille et une horde absolument savoureuse de moutons motards/Hell’s Angels pour l’évocation de « l’équipée sauvage » de Laszlo Benedek.

Ces clins d’œil sont distillés de main de maître dans ce scénario digne d’un bon polar. L’humour est également au rendez-vous notamment avec le personnage de l’avocat véreux/Agent littéraire Neal Beato (une hyène) pour lequel je dois bien avouer avoir eu un petit faible.

De son côté John Blacksad n’est pas dans la maîtrise totale de ce qui lui arrive et j’ai trouvé cela plutôt rafraichissant. Alors qu’il pense se ranger des bagarres et s’être trouvé un petit boulot pépère, convoyer une Cadillac Eldorado jusqu'à Tulsa en Oklahoma afin de la remettre à son propriétaire, notre matou va aller de catas en déveines.

Il va d’abord se faire voler ledit véhicule puis bien sûr partir à la poursuite de ces mauvais plaisantins. Une fois de plus sa route va être pour le moins épique et vraiment pas de tout repos. Au passage nous ferons connaissance avec la sœur de Blacksad et l’histoire nous emmènera également dans le milieu du cirque où Chad Lowell trouve refuge après le funeste accident.

Le scénario tient la route, même si il est un peu difficile parfois de savoir ou l’auteur veut en venir, les dessins quant à eux sont absolument somptueux.

Une BD à s’offrir (ou se faire offrir). Un cocktail explosif de roman noir et de saga animalière, le tout sur les routes poussiéreuses du sud des Etats Unis. Des couleurs qui claquent, une histoire aux rebondissements multiples, une invitation au voyage sur fond de rock, de jazz et de blues. 

Il serait dommage de passer à côté.

Tag(s) : #BD

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :