Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue-a-Oakland.jpgBienvenue à Oakland d'Eric Miles Williamson - Editions Fayard

Ce n'est pas un polar, ni un thriller, mais un roman sombre, intense, bourré de passion, d'une grande richesse d'écriture...impressionnant.

"Etats-Unis, de nos jours. T-Bird Murphy, la quarantaine, fils d'immigrés irlandais, se terre dans un box de parking. On le soupçonne d'un crime qu'il n'a peut-être pas commis. Incarnation du quart-monde occidental, T-Bird écrit sa rage. Un long monologue intérieur, animé par les figures de son passé, qui vient tromper sa solitude et mettre des mots sur la violence de l'exclusion. T-Bird a grandi dans le ghetto noir et mexicain d'Oakland, une ville industrielle qui rejette les Noirs, les Chicanos et les Blancs pauvres vers les décharges, sur les bords pollués de la baie de San Francisco. Pour faire mentir  le destin, il a sacrifié à la sainte trinité : études, mariage et consommation. Il a fait tous les petits boulots, vécu dans les pires conditions. Mais on n'a jamais voulu voir en lui que l'enfant de ses origines, fauteur de troubles en puissance. Renvoyé à sa misère et du fond du chaos qui l'a englouti, il revendique la déchéance comme nouvelle forme de liberté, et la solidarité comme espérance de dignité."

Voilà un livre coup de coeur pour moi. Pas évident qu'il plaise à tout le monde, certain ont été choqué par le langage agressif et les mots grossiers...moi ce bouquin je l'ai lu de bout en bout sans le lâcher. Il parle de la vie dans tout ce qu'elle peut avoir de plus abject mais aussi avec ces moments qui sont parfois tellement beaux, même (et surtout) lorsqu'ils sont furtifs. C'est comme un coeur palpitant, comme quelqu'un qui veux crier sa rage mais doit se taire trop souvent. La vie du héros T-Bird Murphy est glauque, dans une véritable impasse, d'une tristesse lancinante, mais il y a une certaine richesse en lui et surtout cette formidable révolte. Malgré un quotidien déprimant il réussi à trouver des instantanés de beauté, d'amour et d'humour, de musique aussi (la bande son du bouquin est formidable...pour les amateurs de jazz). Eric Miles Williamson nous donne à réfléchir, mais surtout à ressentir. Ce roman on a envie de le toucher, de le renifler, de l'écouter. L'auteur nous raconte cette réalité socio-économique terrible, l'envers du décor californien. la vie des oubliés du rêve américain, ses ouvriers qui se débattent pour échapper à l'enfer du ghetto d'Oakland, la misère collée aux basques, mais, parce que ce sont des êtres humains, avec toujours une fantastique envie de s'en sortir, de vivre, de rire et d'aimer, envers et contre tout (expression qui prend là tout son sens). Et une question obsédante...est-il possible de s'échapper de sa condition ? Inutile de dire que j'ai trouvé ce livre extraordinaire...essentiel même.

Extrait (en parlant du pratronnat) : "Qu'est-ce qu'on dit, quand on pense aux maladies mortelles qu'on se chope en bossant dans tes magasins et tes usines, sur tes chantiers de construction ? Tu crois qu'on se dit quoi, tard le soir, après avoir picolé toutes nos canettes de Busch, quand on repense que tu nous fais payer notre place de parking dans tes usines hors normes avec des latrines à la place de vraies toilettes ? Tu crois qu'on pense à quoi, quand on signe nos chèques de pension alimentaire destinés à tes filles qui nous épousent parce qu'on est de vrais hommes, mais qui nous plaquent en demandant le divorce parce que, ce qu'elles veulent, c'est une fiotte dans ton genre ? A quoi on pense quand on tond ta pelouse, qu'on débouche tes chiottes, qu'on passe devant tes baraques aux garages plus grands que nos apparts ou nos caravanes, quand on voit que tes filles portent un appareil dentaire, alors que les dents pourries des nôtres leur donnent des airs de sorcières à même pas seize ans ? Qu'est-ce que tu crois qu'on imagine quand on entend aux infos que ta maison sur les collines a été emportée par un glissement de terrain et que tu as perdu ton mobilier hors de prix ? Tu crois peut-être qu'on a pitié de toi ? Qu'on espère que, toi et ta petite famille, vous vous portez bien et que tout ira pour le mieux ? N'oublie pas, Mr ou Mrs Tout-Confort, que je suis en train d'écrire dans mon garage de Warrensburg, dans le trou du cul du Missouri...J'ai fini dans ce trou parce que j'étais un mec bien et que je n'avais pas encore compris la leçon que m'avait enseigné FatDaddy Slattern. Si je vis dans ce trou, c'est à cause de types comme toi. Alors, tu sais quoi ? Je ne t'aime pas."

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0