Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

36-quai-des-orfevres.jpg

36, quai des Orfèvres : Des hommes, un mythe

De Matthieu Frachon -  Editions du rocher

L'histoire de l'adresse mythique de la police française. C'est l'endroit où se sont croisés les criminels les plus horribles, les policiers les plus célèbres. Bâti en 1871, le siège de la police parisienne a toujours hanté ce quartier, depuis le Moyen Age jusqu'à aujourd'hui.

Voilà un livre que tout amateur de polars, thriller, romans policier devrait avoir lu. L’Histoire du 36 quai des Orfèvres racontée avec précision et un tas d’anecdotes. Je l’ai dévoré sans même m’en rendre compte, il faut dire que je suis passionnée d’Histoire et quand celle-ci rejoint mon autre dada…c’est le bonheur. L’auteur nous livre là la grande et la petite histoire de la Grande Maison. Le récit débute avec l’histoire de l’ancien sinistre Châtelet de Charles VII, puis va passer en revue les différents hommes qui se sont installés successivement dans ces murs. Comme par exemple, sous Louis XIV, Gabriel Nicolas de La Reynie qui réussit à démanteler la fameuse Cours des Miracles, en passant par le Lieutenant Général Antoine de Sartine (ceux qui lisent les romans de Jean-François Parot vont s’y retrouver) qui réprima la fameuse guerre des farines. Matthieu Frachon nous raconte comment est né le 36 quai des Orfèvres. On y croisera, le bandit Cartouche, le Chef de la Sureté François Vidocq, la Police des mœurs, l’ambitieux Alphonse Bertillon, les Brigades du Tigre (chères à Clémenceau), les Apaches de la fin du 19ème siècle, la Bande à Bonnot …je ne peux résister à vous donner un extrait : «…Un soir, quelques semaines auparavant, Bonnot est entré, s’est présenté : -Jules, de Lyon, je suis en cavale. L’homme porte beau, sa moustache est élégante, ses yeux d’un bleu profond. Il a trente-cinq ans. Très bon  mécanicien, c’est également un excellent conducteur. A Londres où il vécut, il fut le chauffeur d’un certain Arthur Conan Doyle, génial père de Sherlock Holmes… » Ce n’est pas de l’anecdote çà ?

Tout est décrit de façon méticuleuse, mais pas ennuyeuse et le tout se lit comme un véritable roman d’aventures. Vous verrez passer Violette Nozière, commencerez à y voir plus clair dans l’affaire Stavisky, apprendrez également comment est né le Commissaire Maigret, déambulerez dans la France de l’occupation, participerez à l’arrestation de l’abominable Dr Petiot, assisterez à la fermeture des maisons closes (j’adore cette phrase !), tremblerez pendant les évènements de la guerre d’Algérie, croiserez Guy Georges, Jacques Mesrine…J’en passe et j’en oublie. Ce roman se lit d’une traite. Il est fort bien documenté et très bien écrit, de plus, l’auteur est journaliste, passionné par son sujet et cela se sent. Un livre à s’offrir (ou se faire offrir) pour revivre en 200 pages l’Histoire de l’adresse la plus mythique de la Police française.

Tag(s) : #Romans noirs - policiers - thrillers...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :